QUIMPER St-POL de Léon

Kemper (Quimper) la capitale de Cornouaille, sa cathédrale Sant-Kaourintin (saint-Corentin) aida le roi Gradlon à s'achapper de la ville d'Ys. Direction Lokorn (Locronan) la ville de Saint-Ronan et le lieu de la célèbre Tro minic'hi (Troménie).  Le tour du minihi (le domaine du moine) qu'aurait fait quotidiennement Saint-Ronan, une pratique là-aussi celtique dans le sens du soleil.  Et il faut le savoir, pour les Bretons réaliser cette troménie comme le Tro Breizh sont nécessaires pour prétendre accéder au paradis : "An hini ne ra ket an Droviny e beo a ra neï e maro a hed he cherj bemde / Celui qui ne fait pas la Troménie de son vivant devra la faire de sa mort de la longueur quotidienne de son cercueil."

 

Santez Anna ar Palud (Sainte-Anne la Palud), Mamm gozh ar Vretoned (la grand-mère des Bretons) n'est ni plus ni moins que la mère bretonne de Marie mère de Jésus qui enceinte dût fuir son mari voulant la tuer. Elle fut sauvée par un ange en bateau qui l'emmena en Judée où elle donna naissance à la Vierge Marie. De retour en Bretagne, elle reçu la visite de son petit-fils, Jésus, qui fit jaillir la source qui se situe à coté de la chapelle. Il semble qu'il s'agit en ce lieu d'un rapprochement entre la déesse celtique/bretonne ''Ana'' et son homonyme chrétienne, typique du christianisme celtique.

 

 

Le Menez C'hom (Menez Hom), 330 m, grès armoricain 480 millions d'année, est l'une des montages sacrées de Bretagne. Elle abrite la tombe cairn du roi Marc'h (Marc) aux oreilles de cheval qui voulu se marier avec Iseult. La vue sur la baie de Douarnenez est impressionnante, elle fut utile pour voir les feux d'alerte provenant de Crozon à la venue des Viking. En 1913 un paysan y trouva la statut en bronze de la déesse celte/bretonne Berch'ed (Brigitte).

 

Nos passerons Steir Aon (l'Aulne), sur le pont de Térénez, impressionnant fleuve de 140km dont il y a 20000 ans l'Aber Ildut fut l'embouchure en passant par la Penfeld.

 

De la rive opposé nous verrons, l'abbaye Saint-Guénolé de Landevenneg, la plus célèbre des abbayes du christianisme celtique sur le continent, fondée en 483. Jouissant d'une influence importante, en 818 Louis le Débonnaire (fils de Charlemagne, mettant en doute la chrétienneté des Bretons et profitant d'une victoire militaire sur l'armée bretonne) fit pression auprès d'Abbé Matmonoc pour adopter la règle de Saint-Benoit ainsi tenter de mettre fin à la branche celtique de la chrétienté. Pillée en 913 par les vikings, l'Abbaye perdra ses livres sacrés et ouvrages scientifiques et, malgré un retour momentané au christianisme celtique, ne parviendra plus à renouer avec son prestige comme centre d'enseignement religieux et universitaire. A la Révolution Française, les moines seront chassés et les pierres de l'Abbaye vendues par l'état pour être utilisées dans des constructions sur Brest. Il faudra attendre 1958 pour que les moines reviennent.

 

Le Menez Sant Mikael (Mont Saint Michel), 380m est une autre montagne sacrée de Bretagne duquel le panorama sur les Monts d'Arrée est l'un des plus impressionnant. Elle aurait été le lieu d'un culte celtique du soleil. Sa chapelle est magnifiquement chanté par Youenn Gwernig dans ''Tuchenn Mikael''.

 

Quittant les Monts d'Arrée nous arrivons vers enclos paroissiaux : Eglises richement ouvragées et entourées d'un mur de protection. A partir du 16ème siècle dans un double contexte géopolitique et religieux, il était de bon ton de magnifier les églises en finançant des réalisations artistiques :  L'économie bretonne atteignait un niveau élevé de prospérité fruit de la paix avec la France tandis que l'église souhaitait contrer la propagation de  la réforme protestante mais aussi limiter la pratique toujours présente du christianisme celtique. A cela s'ajoutait une fiscalité de Bretagne favorable à l'art. Cette frénésie artistique sur les monuments religieux prendra fin avec les guerres de Louis XIV : Coupant la Bretagne de ses partenaires commerciaux puis exercant une pression sur le système fiscal de Bretagne voyant en cela le détournement d'un précieux argent utile à financer les guerres du roi.

 

Retour à la mer avec notre arrivée à Rosko (Roscoff). Le nom viendrait de ''ros'', une avancée/un promontaire, et ''goff'' le forgeron, possiblement la localisation d'un culte celtique lié au dieu celtique/breton ''Gofannon'' des forgerons. C'est surtout une ville de marins réputés qui commercent avec l'ensemble de l'Europe : armateurs, corsaires, contrebandiers en fonction de la géopolitique du moment. Le port déclinera lors des guerres de Louis XIV et ne s'en relèvera qu'au 19ème siècle avec le développement de la culture maréchaire et ses célèbres ''johnnies'', maraichés vendant leur production en Grande-Bretagne... Lesquels créeront en 1972 leur propre compagnie de navigation ''Brittany Ferries'' pour maintenir les relations commerciales transmanches.

 

Arrivée à Kastell Paol (Saint Pol de Léon). La ville de Sant Paol Aorelian (Saint Paul-Aurelien) né en 480 sur l'île de Bretagne, dans l'actuel Pays de Galles. Disciple de Sant Ildut (le fondateur de l'église celtique), à 15 ans il devient Ermite et prêtre à 22 ans. En 517 il arrive en Petite Bretagne à Enez Heusa (île d'Ouessant) et fonde un monastère, puis 2 autres sur la côte. Il reçoit en cadeau de son cousin Gwithur une ancienne forteresse romaine, l'actuel Kastell Paol (château de Paul / Saint-Pol de Léon). Il serait mort en 594. En 954 lors des attaques Viking, ses reliques furent transférées en France à Fleury-sur-Loire où elles seront détruites par les protestants en 1567.

                                                                                                                        

                                                                                     _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Votre randonnée :


Départ de la capitale de la Cornouaille, la Baie de Douarnenez, les hauteurs du Menez-Hom, la traversée du Parc Naturel Régional d’Armorique, Landévennec et l’entrée de la Presqu’Ile de Crozon, la Forêt du Cranou, les crêtes des Montagnes de l’Arrée, les Enclos Paroissiaux, les dunes et les cailloux de la côte léonarde, l’histoire des marins-pêcheurs de Moguériec et des paysans du Léon, Roscoff la Corsaire, Paul Aurélien le saint breton…

 

>Repas vers midi, pour recharger les batteries des pèlerins et de leur monture.

>Hébergement le soir à proximité de Braspart.

 


Information utile :

Places : 4 personnes

Votre accompagnateur sera à vos cotés.

 

 

Le STREETNAER, une veste à haute visibilité, le casque moto radio et les gants motos vous seront fournis.

 

>Rendez-vous 8h30

>Repas à midi (non compris)

>Hébergement le soir (non compris)

>Rdv : Cathédrale Saint-Corentin (Quimper)

 

Circuit : 224km (2 jours)

 

Fin de la randonnée vers 17h30


Le niveau : INTERMEDIAIRE

 

Il est indispensable d'avoir réalisé votre initiation.

 

Le trajet journalier étant long, il s'agit d'un pèlerinage, nous vous conseillons vivement  de participer à une première 1ère randonnée afin de disposer d'une première expérience de la randonnée en STREETNAER.



Achetez votre trajet

(choisissez la quantité dans le panier)

Quimper St-Pol

Trajet du Tro Breizh (hors hébergement et repas du midi)

Circuit du Tro Breizh (230km / 2 jour) / Départ 8h30 Rdv Cathédrale St-Corentin Quimper (chaussures de sport et pantalon obligatoires)

150,00 €



CARTE DE QUIMPER

Discutons ensemble de votre randonnée

ENVOYEZ-NOUS UN MESSAGE

Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.